Avis détaillés


J'ai lu le Protocole Oracle, puis relu en grande partie. J'ai été au début de ma lecture un peu perturbé par le côté très descriptif de la narration avec ses indications similaires par moment à celles que l'on retrouverait dans un scénario (description de la scène, placement caméra).

Il est vrai que l'on est plutôt habitué à certaines astuces narratives très littéraires, que tu n'utilises pas pour nous proposer une mélange narratif assez simple, sobre et sans esbroufe ni effet de style.

De fait le récit parait parfois un peu aride, roulant un peu trop "avec le frein à main" je pense en partie aux premières pages, puis on s'y fait notamment lorsque l'intrigue se renforce et nous emmène vers la villa du bord du lac...

A la seconde lecture la convention est acceptée sans rechigner !

Je dis "mélange narratif" car on est en droit de penser qu'à tes propres souvenirs d'expériences bien concrètes (reste à chacun d'entre nous de spéculer sur quels aspects précis de l'histoire) tu joins :


- des témoignages provenant d'autres personnes (tu dois être assez bien entouré pour les avoir de première main)
- tes opinions sur certains sujets (je pense en autre à ces références à ce journalisme de perroquets inféodés, à la mauvaise foi suffisante de ces scientifiques "têtes de gondoles" (Chartok et Brayer = Charpak et Broch ?)
- des connaissances personnelles et un travail d'enquêteur (sur les expériences avec la DMT notamment)
- l'élaboration d'un scénario purement fictif avec "happy-end" (la pensée positive toujours !).

Pour l'avoir réécoutée avec attention après lecture, j'ai bien noté dans l'interview que tu donnais à Alexandre sur RIM que tu as conçu ce travail de rédaction sous un angle très visuel car envisagé comme un support pour la création d'une mini série pour télé ou ciné.

Je comprends le parti-pris de l'écriture mais j'ai dans l'idée que tu as du en garder "sous le pied" sur le fond et sur la forme !

A propos du fond du sujet, je te livre en vrac quelques réflexions non exhaustives toutes personnelles :
J'ai "visualisé" (sans usage de DMT) des faits concernant plusieurs époques et plusieurs géographies :
On oscille constamment entre l'époque trompeuse d'un Mitterrand, monarque croyant aux "forces de l'esprit" et celle, implacable, de l'affairiste et "people" Sarkozy.

On y découvre une France dont les montagnes "à une heure de la capitale" lui donnent des airs de Suisse et des personnages dont les vies sont encadrées par une technologie qui est, elle, toute contemporaine et omniprésente (l'attrait pour la technicité est bien visible durant tout le récit) au risque d'être aliénante et privatrice de liberté.

Car il est bien question de liberté.
Liberté pour l'individu de ne pas subir l'omniprésence des petites désinformations quotidiennes distillées par les divers relais de l'autorité de la présidence, de la "fédération", des marchands (d'armes, de journaux, de bonheur), de ne pas être suivi (mouchard sur les motos, portable non sécurisé) n'y poursuivi, non pas pour ses opinions et ses connaissances mais pour le fait de les exprimer et les diffuser (par "MédiaNet" par exemple) comme on l'a fait dans les pires dictatures froides du "temps jadis"....

Les années 80, les années 2000 : quand se déroule l'expérience des Oracles ?
Ces sujets captifs et confinés "au vert" dont on interprète patiemment les visions ressemblent à des sujets manipulés par une génération de dirigeants qui n'existe plus, issue d'une époque irrémédiablement passée.

Aujourd'hui, où il faut cogner fort et lourd, où attendre c'est ne pas agir et ne pas agir c'est perdre de l'argent, peut-on attendre encore une telle démarche de la part des dirigeants (Sarkozy / Hollande, Obama et autres exécutants) ?

Anticiper des évolutions de cours boursiers, la survenance d'événements géopolitiques, des modifications de situations sociales, est-ce encore d'actualité pour eux quand il est plus simple et efficace de provoquer ces évolutions, de créer ses événements, de légiférer pour provoquer les modifications des situations ? (*)

D'ailleurs, les commandes ne sont-elles déjà pas réellement depuis longtemps aux mains des Commanditaires plus que dans celles des Dirigeants ?

Bref.... Il y a beaucoup, beaucoup de choses à dire et de réflexions à mener à la suite de la lecture du Protocole Oracle.

Et pourquoi pas, pour son auteur, matière a en développer certains thèmes dans un autre ouvrage ?


Fuji Mandjaro - juillet 2013

(*) DdP :
Ceux qui profitent des délits d'initiés sur les marchés n'ont pas encore le pouvoir de légiférer.. sauf exceptions, comme un marchand d'armes qui serait aussi sénateur. Mais ça ne suffit pas à 'provoquer des évolutions'.